20.12.22

La forme parfaite

On doit connaître ses forces et ses limites et ne jamais s'épuiser. Quiconque dépasse sa nature en paiera les conséquences. - Lao Tseu

J'irais plus en amont en disant que nous avons une forme originelle, le corps éthérique, qui représente l'épanouissement du plan qui est le nôtre, et qui restera intact par-delà cette incarnation si on arrive à transcender la 3D. Notre but sur terre est d'atteindre notre plein potentiel ici et maintenant, de s'abandonner à ce que l'on est fondamentalement sans s'imposer des filtres.
Les plantes le font, les animaux aussi, pourquoi pas nous.
Je me souviens d'une expérience faite par le passé ou j'ai vu, compris et senti la place qu'occupait mon mental ego à l'intérieur de mon champ de forme. C'était minuscule cette place, très limité comparativement à ce qui semblait être ma vraie forme. Durant un instant, j'ai eu le vertige...
J'ai eu peur de l'immensité de mon être tout en doutant qu'un jour j'arrive à occuper toute cette place qui était mienne.
Mais plus j'avance en me choisissant ; en choisissant ce qui vibre à moi et en délaissant, sans avoir de culpabilité, ce qui ne me correspond pas, je me sens de plus en plus moi-même. J'accepte les limites de ma forme, ce qui me permet de mieux la définir et de mieux l'occuper. Car il est vrai que lorsqu'on va contre nature, lorsqu'on se laisse définir par la société, par d'autres yeux que les nôtres, la vie devient comme une montagne russe.
Un corps incarné à l'extérieur de sa forme est lourd à porter.
Il attire à lui des évènements négatifs pour permettre à sa conscience de s'aligner, de retrouver son centre, mais peu de gens écoutent vraiment.
Lady Isabelle xx



22.11.22

WALTER

 WALTER

J'ai rencontré Walter, il y a 12 ans, alors que j'habitais Rosemère.
Un homme de quatre fois vingt ans et quelques années. Il vivait comme un itinérant, trainant ici et là dans le stationnement des centres commerciaux, sinon à la bibliothèque. À chaque fois qu'il me voyait, il déposait un bonbon mal emballé à côté de moi. C'était sa façon à lui de m'aborder.

De fil en aiguille, Walter prenait la place que je lui accordais. Son histoire me touchait beaucoup. Il vivait seul dans une maison de riche à quelques rues de la bibliothèque. Une superbe maison en façade, qui ressemblait à un taudis lorsqu'on s'y approchait tellement les lieux étaient insalubres et dangereux. Mais Walter était orgueilleux, et il ne voulait personne chez lui, pas d'aide. Ça l'insultait.

C'était la chasse gardé concernant son mode de vie, car il savait bien ce qui risquait de lui arriver si la société le prenait en charge. Il finirait dans un CHSLD, c'est sûr, dans des normes qui n'étaient pas les siennes, et il ne voulait pas ça. Sa liberté passait avant tout.
J'ai respecté ses choix comme je respecte les gens en général. Je comprenais bien qu'il était plus heureux dans ses affaires, malgré son état.

En fait, il buvait.
Walter buvait beaucoup. Trop de whisky à tous les jours. Il commençait sa journée de bonne humeur et la terminait généralement dans l'agressivité. Je l'avais d'ailleurs appris à mes dépends à deux reprises, sans jamais le prendre personnel.
Alors j'étais là pour lui dans les moments où sa conscience était en force, et je le laissais vivre sa souffrance tout seul quand il ne voulait plus être disponible. Son histoire, je la connaissais par cœur. C'est la même histoire que bien des gens, la même souffrance, la même couleur. 

C'était un homme fortuné qui s'était fait plumé par son associé de l'époque. Avait-il encore de l'argent ? Je ne saurais le dire tellement il s'était abandonné lui-même. Il ne s'était pas pardonné sa naiveté je crois, lui qui se considérait comme étant un homme intelligent. 
Il disait qu'il "jouait" encore à la bourse, et les jours où on se voyait amicalement, il téléphonait à quelqu'un pour l'engueuler "son broker" qu'il disait, en me prenant comme témoin. Il attendait toujours une grosse somme d'argent qui n'arrivait jamais.

J'ai voyagé Walter en voiture d'un endroit à l'autre, pour lui permettre de faire ses commissions, d'aller à la banque, de poster ses trucs ou d'aller les chercher. Je lui ai tenu compagnie en m'essayant sur sa véranda pourri, à regarder un jardin qui avait dû être beau un jour en faisant semblant de ne pas m'en apercevoir. 
C'est alors qu'il m'avait parlé de son fils, le seul qu'il avait, qui vivait loin en Colombie Britannique, et de sa femme, qui l'avait laissé tombé pour un autre.

Walter ne voulait pas qu'on ait pitié de lui.
Au contraire, il avait de la fierté, chose que j'ai d'ailleurs toujours valorisé. Je lui ai donné cette considération qu'il n'avait plus, du temps, de la reconnaissance. Puis je suis partie vivre ailleurs, et nous nous sommes perdus de vue. Quelques années plus tard, j'ai vu sa maison à vendre. L'annonce disait que le prix était en fonction du fait qu'il y avait eu un suicide à l'intérieur. Ça m'a attristé de l'apprendre, et en même temps je me suis dit : R.I.P. Walter. J'ai été vraiment honorée de vous avoir connu.
J'espère maintenant que vous êtes heureux.

Lady Isabelle xx



21.11.22

Histoire du domaine


Blackwood se trouve au sommet des douces collines du côté ouest/sud de la pittoresque vallée de la Clyde, à l'endroit où la rivière Nethan descend dans la vallée escarpée pour rejoindre la rivière Clyde. 

A proximité se trouve le château de Craignethan, où Marie, reine d' Écosse, est restée pendant son voyage vers le sud pour être jugée et exécutée par Elizabeth I d' Angleterre.

Situés sur la route principale au sud de Glasgow à Carlisle, Kirkmuirhill et Blackwood ont tous deux bénéficié du trafic, bien que le plus gros employeur de cette zone en grande partie rurale au XVIIIe et au début du XIXe siècle aurait été le domaine de Blackwood. 

Blackwood était (sans doute) à l'origine le cousin agricole d'autres villages locaux, où l'extraction du charbon était l'industrie dominante. Le domaine de Blackwood fournissait du travail agricole aux familles locales. Le domaine de Blackwood, siège du déversoir de Veres depuis le XIIIe siècle, après le Hope-Veres, était le domaine le plus étendu de la paroisse de Lesmahagow et selon certains le plus grand domaine du comté de Lanark.

Isabelle Burns

Gilbert Burns , frère du poète avait été l'intendant des terres à Blackwood avant de déménager à Morham Mains dans l'East Lothian. En 1810, John Begg, époux de la plus jeune sœur de Robert Burns, Isabella Burns, devint l'intendant des terres du député James Hope Vere sur son domaine de Blackwood. 

Le 24 avril 1813, après presque trois ans à Blackwood, John a rencontré sa mort quand son cheval s'est cabré et est tombé sur lui, l'écrasant à mort. Il revenait de son voyage régulier au marché de Lesmahagow sur un cheval qu'on lui avait demandé de monter parce qu'il était devenu hargneux par manque d'exercice. Isabelle est restée veuve avec neuf enfants âgés de trois à dix-huit ans. Pendant un certain temps, M. James Hope Vere lui versa une petite subvention annuelle, mais pour joindre les deux bouts, elle ouvrit une école pour dames à Kirkmuirhill qu'elle dirigea pendant quatre ans avant de déménager à Ormiston.

Désormais, le domaine de Blackwood appartient à Native Woods Preservation Ltd qui participe à sa conservation, notamment à la forêt du Lochwood.
Ce domaine était le plus étendu dans la paroisse de Lesmahagow et pour certains, représente le plus grand domaine dans le comté de Lanark.

Plus récemment, un roman du Saint Graal a été inspiré par le village de Blackwood. Basé sur une histoire vraie qui suit les descendants de la lignée sacrée de France en 1066 jusqu'au South Lanarkshire, où le trésor du Graal serait enterré.

L'origine des titres


Le titre de Lady tient son origine dans l’ancien droit écossais et est un titre de « corporeal hereditament » (une propriété héréditaire en lien direct avec la possession de terres). Le titre ne peut être acheté ou vendu sans le terrain, contrairement au titre Lord britannique qui suit le titulaire, même si ce dernier vend ses biens ou déménage. Toutefois, le titre Lady de Blackwood peut être héréditaire et vendu avec la terre.

Le titre de Lord ou Lady de Blackwood est l’un des titres les plus remarquables et  connus en Écosse. Il existe depuis l’époque médiévale, et dans les années 1500-1600, le domaine de Blackwood était une baronnerie féodale. Les Blackwood ont marqué l’histoire écossaise et font partie de la culture populaire écossaise, et le domaine de Blackwood est leur terre natale depuis des centaines d’années. 

Le domaine de Blackwood était fier d’être autrefois connu comme le plus grand domaine dans le Lanarkshire et fut la résidence de l’éminente famille Weir/Vere, et cela de l’époque médiévale jusqu’aux années 1930. 

Lord Thomas Macaulay, grand historien spécialisé de l’ère victorienne, appelle cette famille « la lignée la plus longue et la plus illustre de la noblesse que l’Angleterre ait connue ». Les Veres étaient d’origine française et de lignée mérovingienne. 


J'avoue

J'avoue que la vie est tellement plus facile quand on ne se la complique pas.

Pour cela on s'abandonne à elle, à sa guidance, à la simplicité, sans se poser trop de questions.

On sait déjà ce qu'il y a à savoir.
On observe en conscience sans nécessairement faire de choix ou s'identifier.
...et dès lors, on passe ses journées à remercier pour cette capacité que nous avons de créer notre monde.



1.11.22

Polarités

 

- 1 + 1 = Point zéro
Deux polarités indivises qui co-existent ensemble en une force pure non matérialisée. Le 11 dans le tarot.
Chaque fois que nous polarisons dans le positif ou dans le négatif, nous créons, materialisons une réalité dans la dualité 3D.
Chaque fois que nous ramenons volontairement une polarité au point zéro, nous rendons à la source comme à nous même, notre potentiel de création. Nous sommes dès lors le mouvement en lui-même, et l'intelligence prend vie à travers les manifestations de l'esprit divin en nous.
Par exemple : un chasseur devant sa proie voit devant la bête le scénario qu'il a lui-même créer avec les débris qui noircissent sa conscience. Il polarise et offre un jugement (Bien ou mal) dans une réalité qui se veut matricielle. Mais s'il regarde bien... au-delà de la dualité, il verra l'amour... le fondement universel de toutes vies. Il verra son amour à lui vivre et rayonner au travers la bête, au travers toute la création car IL EST cette création, IL EST ce monde !
Il posera son fusil puisqu'il ne peut se tuer lui-même.
Toute action future dans la Terre Nouvelle sera appelée à vivre selon les principes même de l'esprit de la source ; la volonté, l'intelligence, et l'amour.
Bienveillance
Lady Isabelle xx

30.10.22

Page 91


Être inconscient, c’est le contraire d’être conscient. C’est l’envers du décor de ce que nous croyons savoir de nous-mêmes ou de la vie. Pourtant, tout est là. Tout ce qu’on a besoin de savoir sur nous-mêmes pour démanteler un blocage d’énergie par exemple, se trouve dans cette banque d’information nommé l'inconscient. Il n’y a qu’à demander.

On reconnaît une personne en éveil de conscience lorsqu’elle utilise de façon volontaire l’ensemble de ces modes de fonctionnements automatiques, en sachant bien sûr, en éliminer les facettes grossières, débilitantes ou limitantes, et en utilisant au mieux et en sublimant les apprentissages de vie, vecteurs d’une existence plus intelligente. En mots plus simples, lorsqu'elle apprend à programmer elle-même ses mécanismes inconscients.
Être Conscient veut donc dire, d’avoir cette connaissance de quoi nous sommes faits par rapport aux différents plans de l’être, notamment du mental, mais aussi du corps physique. Et plus précisément, de conscientiser qu’une partie de ce moi conscient, doit apprendre à communiquer avec les plans inférieurs selon leur langage respectif. Une communication fine, appelée ; multiniveaux.
Extrait : Dans le chas de l'aiguille. Lady Isabelle De Blackwood

La forme parfaite

On doit connaître ses forces et ses limites et ne jamais s'épuiser. Quiconque dépasse sa nature en paiera les conséquences. - Lao Tseu J...